Benji et Joel interviewés dans le podcast de Rocksound

Joel et Benji Rock Sound

Il y a deux jours est sorti le dernier podcast de l’année de RockSound et comme invités il y avait Joel et Benji, nos jumeaux préférés. L’interview est dure environ 15 minutes et commence à 4m10s. Il y a des moments où je ne suis pas sûre de qui parle, il faut dire qu’ils ont quasiment la même voix, donc je m’excuse si je me suis trompée à certains endroits. J’ai coupé certains morceaux où les jumeaux ne finissaient pas leurs phrases. J’espère que vous serez contents du résultat car ce fut très long! Écoutez le podcast sur SoundCloud et la traduction est ci-dessous:

Présentateur: Donc Joel et Benji, merci beaucoup d’être avec nous dans le podcast Rocksound.
J et B: merci de nous avoir/contents d’être là
P: génial de vous avoir! Donc GC Christmas Part 1, … EP, d’où vous est venue l’idée?
J? je pense qu’on en parle depuis des années, on a toujours voulu enregistrer des chansons de noël et on en avait deux enregistrées vite fait mais elles n’étaient pas bien faites […] maintenant cela va faire quoi trois ans?
B: ouais
J: on a acheté un studio à LA, c’est vraiment incroyable, c’est là où sont nos bureaux de management et tout. On s’est dit mec on a cet incroyable studio
B: autant l’utiliser pour enregistrer
J: ouais faisons […]
B: oui c’était pas vraiment un truc auquel on a réfléchi pendant longtemps, on s’est juste dit on a toujours voulu enregistrer des chansons de noël
J: on avait un peu de temps extra
B: je sais pas qui a trouvé le nom Part 1, je suppose qu’on le refera l’année prochaine
J: oui on le fera
B: peut être l’année d’après, est-ce que ce sera part 2, part 3 ou part 4, je ne sais pas, peut être que ça devrait juste être l’année où on les sort parce que quand tu regardes les photos de noël, oh c’est 2012
J: je vais être honnête avec toi, quand mon assistante m’a demandé, quand on faisait les papiers, elle m’a dit et c’est quoi le titre? j’ai peut être choisi le mauvais titre
B: le titre est nul
J: mais tu sais…
B: tu étais à l’entraînement de foot
J: ouais mais c’est juste […] ce n’est pas quelque chose auquel on pense artistiquement, on s’est dit oh des chansons de noël, appréciez!
B: ok écoute il faut être juste, pour les titres des albums je me débrouille pas trop mal. Bon j’ai foiré celui de noël…
J: Aussi c’est pas comme si c’était quelque chose qu’on vendait, on a sorti des chansons de noël sur internet et on en fera sûrement un autre l’année prochaine
B: oui on va en faire un autre l’année prochaine
J: oui je suis pour qu’on en fasse un autre l’année prochaine
B: on peut pas l’appeler Part 2
J: c’est assez ambitieux de dire que ça va être un truc récurrent
B: ce ne sont que 3 chansons, je pense que c’est assez facile
J: c’est un gros engagement d’enregistrer 3 chansons de noël chaque année
B: cela ne dit pas quand Part 2 doit sortir, ce n’est pas obligé qu’il sorte l’année prochaine, cela peut sortir l’année d’après
J: oui je suis pour, je me suis montré, j’ai chanté les chansons, j’étais pour. Écoute « Last Christmas » est une chanson très intéressante à chanter, c’est différent, c’était un petit peu un challenge en fait. Bizarrement, même si cette chanson semble facile, il y a une exécution à faire […] je suis pour, j’ai toujours aimé cette chanson
B: joyeux noël à tout le monde, on espère que vous aimez les chansons de noël
J: on a pas beaucoup réfléchi à cet album mis à part le fait qu’on voulait enregistrer de bonnes chansons, de bonnes ondes
B: oui de bonnes ondes
P: oui on peut définitivement l’entendre, je veux dire, commencer avec Last Christmas, est-ce que c’était une façon sympa de rendre hommage à George et c’est un classique, ouais comment c’était d’enregistrer cette chanson?
J: je pense que c’était vraiment sympa de rendre un petit hommage à George, tu vois c’est intéressant, c’était un bon challenge pour moi, artistiquement, il a un style tu peux pas
B: tu peux pas le reproduire
J: ouais c’est vraiment dur donc comme j’ai dit c’était bizarre et difficile à apprendre et ensuite chanter à ta manière qui avec un peu de chance est pas trop mal. J’ai vraiment aimé l’étape finale de la réécouter, c’est sympa de chanter des chansons de noël, tu te sens bien, tu le fais uniquement pour l’ambiance festive. Littéralement c’est juste pour ça. Il n’y a pas de gain avec une chanson de noël en tant que groupe…
B: ce sont juste des bonnes ondes
J: donc pour moi ça me met de bonne humeur, faire de la musique juste pour se sentir bien, c’est sympa, on espère que les gens
B: et les deux autres chansons sont des chansons à nous
P: oui j’allais vous parler de Christmas by the phone qui est une chanson peu connue de Good Charlotte. Vous vouliez lui donner un twist moderne ou vous amuser avec?
B: la finir
J: oui parce que pour moi c’était une chanson peu connue mais c’était une version acoustique qui avait été faite à la volée
B: à la volée
J: en 30 minutes et je l’ai toujours aimé et j’ai dit il faut qu’on aille en studio et qu’on l’enregistre pour de vrai donc c’était le but tu vois
P: oui définitivement parce que ça venait du self-titled, super. Et Let The World Be Still aussi que vous avez fait avec The Madden Brothers, vous vouliez la faire avec le style Good Charlotte
J: oui c’est une version GC
B: oui parce que les trucs des Madden Brothers sont tellement différents, certains trucs des Madden Brothers pourraient être transformés en GC et donc on s’est dit pourquoi on ferait pas celle-là et on l’a fait à la façon Good Charlotte. Ça met de bonne humeur.
P: ouais, c’est beaucoup de fun à écouter. Vous venez juste d’être annoncés pour le Slam Dunk, vous êtes enthousiastes pour ça?
J: très enthousiastes
B: oui ça va être […] Je veux dire, Slam Dunk est tellement cool parce que ça continue de grandir et l’ambiance […]
J: ça fait très pop punk
B: Jimmy Eat World sera là, on s’est croisés, c’est toujours super de faire des concerts avec eux, tu sais, Sirens, ça va être génial
J: oui ça va être génial
P: oui c’est sûr, je veux dire en parlant de 2018 aussi, vous travaillez sur un nouvel album, c’est le plan? Ou c’est plutôt si l’album sort l’album sort?
B: il y a définitivement de la musique envisagé, il y a de bonnes vibes, tu sais. On a définitivement été inspirés donc je ne serais pas surpris si on sort du nouveau son dans l’année qui arrive.
P: oh wow formidable et par rapport à Youth Authority, ce seront des vibes comme cet album ou ce seront de nouvelles choses, comment ça sonne?
J: j’ai l’impression qu’on se dirige vers quelque chose de nouveau
B: c’est dur à dire
J: ce n’est pas Youth Authority, je ne sais pas comment l’expliquer, ce n’est pas, j’adore Youth Authority
B: je ne sais pas si on peut l’expliquer
J: ouais c’est nouveau, quelque chose de différent
P: super
B: je veux dire on a toujours […] si tu écoutes tous nos albums, est-ce qu’il y en a qui sonnent pareil?
P: non
J: donc c’est juste nous mec, on a toujours […] pour moi j’admire toujours les Beastie Boys tu sais, ils avaient pas une boîte et c’est ce que l’on a toujours ressenti avec Good Charlotte. On veut pas être enfermés par quiconque et si les gens nous font ressentir qu’on devrait aller à droite, on ira à gauche. Tu vois c’est juste comment on fonctionne. C’est dur à dire, je ne sais pas si on a assez…
B: c’est cool, il y a une vibe c’est sûr, on sent que c’est dans une direction…
J: Je pense qu’on annoncera sûrement quelque chose prochainement sur ce qu’on dira dire dessus
B: ce que c’est
J: ce qui se passe
P: génial, c’est aussi les 10 ans de Good Morning Revival cette année, écouter cet album, qu’est-ce que ça fait 10 ans après? C’est un album éclectique qui se démarque de l’héritage GC. Comment vous sentez-vous en l’écoutant maintenant?
B: C’est toujours l’un de mes albums préférés
J: encore une fois on essayait d’aller à gauche, je pense que tout le monde voulait qu’on fasse un autre…
B: je pense qu’une chanson comme Keep Your Hands Off My Girl n’a pas été aussi largement accepté à l’époque venant de nous mais maintenant elle le serait, c’est bizarre mais j’ai l’impression que cet album était bon pour nous, on était jeunes et on essayait de se démener pour faire quelque chose qui était pop mais toujours nous, c’était rock. Je sais pas on s’est démenés pour essayer d’être plus importants.
J: c’est une bonne question tu sais, self titled, young and hopeless, chronicles, je pense que chaque de ces albums a sa propre identité et du coup tu te dis comment tu fais pour que ton 4ème album se démarque? Ton 5ème album? Même maintenant, on va sur notre 7ème album, comment tu fais pour que ton 7ème album se démarche? Chaque fois on approche un album pour le rendre unique pour qu’il ait sa propre identité et tout le monde ne comprendra pas à ce moment-là. Quand tu repenses à 2007, en 2007 la musique n’avait pas encore changé tu vois. Quand tu penses à des choses comme Dance Floor Anthem ou The River ou Keep Your Hands Off My girl tu vois, je veux dire même la musique dance n’avait pas encore frappé.
B: c’était avant les trucs ATM
J: ouais c’était juste avant les trucs de ATM et je pense qu’on était plus enthousiastes pour des conneries qui étaient différentes. C’est juste qui on est mec. Et je suis excité pour Chase Atlantic, quand tu écoutes Chase Atlantic, il n’y a personne d’autres comme eux tu sais et dans deux ans ce sera le plus gros groupe du monde, retiens mes mots, tu verras et nous on est excités pour les nouveaux trucs et on l’a toujours été. Parfois cela peut être incompris:::
B: Mais tout cela fait qu’on est nous.
P: En parlant de ça, avec MDDN, tu parles de Chase Atlantic, vous avez crée une société qui est très éclectique, vous avez tellement de groupes différents qui dépassent vraiment les limites, comment c’était à mettre en place? Est-ce que c’est vraiment excitant surtout pour vous qui adoraient ça?
B: je pense qu’on est juste fans, on a une opportunité unique de travailler avec des artistes incroyables dont nous sommes fans.
J: on a une société de gens incroyables qui travaillent très dur et qui partagent nos valeurs, on croit tous en ce que l’on fait. C’est plus que moi et Benji assis à choisir des groupes. Nous avons ces gens incroyables, des professionnels de la musique qui savent ce qu’ils font, ils ont leur propre talent, on gravite autour de la musique qu’on aime.
B: tu trouves des trucs que tu peux juste pas t’arrêter d’écouter tu vois. Waterparks, tu te rappelles la première fois qu’on a entendu Waterparks, c’était une vidéo YouTube et on a commencé à regarder toutes leurs vidéos
J: on était obnubilés
B: on pouvait pas s’arrêter des les regarder
J: et je suis toujours obnubilé maintenant, ils ont juste leur propre façon de faire et ils sont eux-mêmes sans remords. Je pense que je suis attiré par des artistes auxquels j’aimerais ressembler, qui sont juste eux-mêmes donc
B: ouais et je pense que tout revient à être fan. On est en quelque sorte les capitaines du bateau et il faut qu’on avance dans la bonne direction et une direction générale et notre truc c’est est-ce qu’on peut rendre l’industrie de la musique plus juste? Est-ce qu’on peut faire que l’industrie soit plus penchée du côté de l’artiste, est-ce qu’on peut avoir un impact quelconque dans la façon dont ce business marche parce que pendant un moment on a profité de nous dans ce business. Est-ce qu’on peut avoir un impact? Eh bien une carrière à la fois donc si on peut aider Waterparks ou Sleeping With Sirens ou Chase Atlantic ou Good Charlotte ou Hollywood Undead, n’importe lequel des groupes avec lesquels on travaille et qui sont tous des articles incroyables. Notre standard c’est qu’on doit vraiment être inspiré par ces gens pour croire en eux tu vois et comment on améliore l’industrie de la musique? C’est un artiste à la fois, une conversation à la fois, un album à la fois et nos artistes le savent. On est pas leurs managers, on est en fait tous des pairs tu vois ce que je veux dire, c’est un effort de groupe de mener ce combat. Chaque jour et essayer juste de rendre la situation meilleure pour tout le monde impliqué.
J: il y a probablement d’autres, c’est comme ça que ça marche. Ça fait comme des vagues avec un peu de chance.
B: on se sent aussi chanceux d’avoir ces gens dans notre vie
J: ça détruit en quelque sorte cette vieille idée de l’industrie, le manager et la maison de disque et les gens importants qui vont changer ta vie. C’est pas comme ça que ça marche, tout tourne autour de l’artiste. Les artistes font de la musique incroyables, ils partent en tournée et font des concerts, ils travaillent très dur, il faut tout un village tu sais. C’est nous tous qui travaillons ensemble, c’est la maison de disque, c’est le manager, c’est tout le monde qui comprend les valeurs de chacun et tout restructurer pour que tout le monde s’apprécie. Il y a une version de ça où on est justes les uns envers les autres, on ne profite pas des autres et on ne finit pas par se détester
B: c’est la longévité, c’est la relation qu’on a avec notre groupe depuis 22 ans maintenant et le temps le prouve, il faut juste communiquer et se respecter
J: tous les grands succès et grandes carrières sont basés sur du travail acharné et croire en soi tu vois, les hauts et les bas, rester ensemble. Tous les gens dans l’industrie de la musique, de n’importe quel côté que ce soit les gens qui travaillent pour les magazines, les maisons de disques ou l’édition, tout le monde connaît les hauts et les bas, tous les gens qui sont dans ce business depuis longtemps ont eu des hauts et des bas, on en a tous eu et donc enseigner aux artistes comment avoir des vies durables où ils peuvent faire leur musique et avoir la vie qu’ils veulent à travers les hauts et les bas. Pour moi, le plus important c’est de se débarrasser de la publicité en quelque sorte et la vraie chose ici c’est faire ta musique et ton art et la chose en laquelle tu crois et crée, fais des tournés, fais les choses que tu aimes tout en gardant ta vie, ton intégrité et ton âme intactes, tu vois. C’est ce qu’on essaye de faire comme tous les gens dans notre société et tous les groupes. On est tous d’accord sur ça. Cela ne veut pas dire qu’on est d’accords sur tout, on est humains mais en général on croit tous en une meilleure façon de faire et on comprend au fur et à mesure.
P: 100% les gars, parfait moment pour finir, merci beaucoup
J&B: merci de nous avoir reçus!