Millionaires autodidactes: pourquoi les Madden n’avaient pas d’autre choix que de réussir

Benji and Joel Madden

Il y a quelques jours, Alternative Press publiait une interview très longue des frères Madden réalisé en décembre dernier. Voici la traduction de cette interview! Bonne lecture 🙂

À présent, l’ambitieuse histoire d’origine de Good Charlotte est bien ancrée dans l’esprit de toute personne qui a pris la peine d’écouter assez attentivement. Selon la mythologie, les frères jumeaux Joel et Benji Madden ont grandi au Maryland dans la pauvreté dans une famille éclatée après que leur père ait quitté la famille la veille de Noël. Exclus à l’école, inspirés par la musique et animés d’un désir d’évasion et de succès, ils forment Good Charlotte à l’adolescence en 1996 avec leurs amis du lycée Aaron Escolopio et Paul Thomas (le guitariste Billy Martin les rejoint en 1998). Ces premières expériences ont laissé une marque dans la musique qu’ils ont faite; leur premier album, Good Charlotte, sorti en 2000, s’ouvre sur une chanson dédiée à «tous les élèves qui ont été choisis en dernier en classe de gym.» Les chansons, inspirées surtout par le punk, traitaient de l’abandon de leur père, se sentant opprimé et surtout , un désir d’être célèbre. Sur « WaldorfWorldwide », Joel a juré que son groupe serait « millionnaires autodidactes », une promesse qui a été très rapidement tenue. Good Charlotte savaient toujours qu’ils allaient être connus, mais tout le monde n’y croyait pas; Joel révèle que quand ils ont commencé à poursuivre leurs rêves « même les gens qui vivaient dans la petite ville de merde d’où nous venions nous demandaient à quoi nous pensions. »

Mais ce désir sincère et précoce de succès et la volonté de prouver aux gens qu’ils avaient tort ont guidé toute la carrière de Good Charlotte. La pauvreté est un puissant facteur de motivation: les Maddens n’ont jamais eu d’autre choix que de réussir. Ils ont fait tout ce qu’il fallait pour arriver là où ils voulaient être; ils ont quitté la maison sans rien, ont rencontré les bonnes personnes, ont frappé à assez de portes. Et puis en 2004, ils ont atteint la renommée mondiale et ont été triple platine avec The Young And The Hopeless. Cet album a créé leur statut de légende du pop-punk mais a également ouvert la voie aux critiques qui les traitaient de «groupe hypocrite» ou de «vendus», accusations qu’ils ont reconnues et détruites dans «I Just Wanna Live» sur leur album suivant, The Chronicles Of Life and Death . Malgré leur succès, 14 ans après cet album, les frères sont toujours sensibles à ce que les gens pensent d’eux. « Quand quelqu’un écrit quelque chose de méchant à propos de toi, même quand tu sais qu’il n’y pensait même pas, ça fait toujours mal », partage Joel. « Je m’en fous. Ça fait juste mal. Ce n’est pas drôle quand les gens sont méchants avec toi et ce n’est pas drôle d’être la risée.» Avec cinq albums studios et une courte pause derrière eux, Good Charlotte est toujours là. Ils ont réussi au-delà de leurs rêves les plus fous, mais ils n’ont pas oublié leurs racines.

GC - I just wanna live

«Je n’oublierai jamais ce que ça fait d’être invisible et d’être petit et d’être maltraité et comme un perdant», dit Joel. « Toutes les choses que j’ai vécues quand j’étais petit, j’y pense et je me dis: « Cette musique m’a sauvé la vie « , et cela m’a conduit à un endroit où j’aime qui je suis. Je suis reconnaissant d’avoir ma femme et mes enfants et ma maison et ma vie tous les jours. Rien de tout cela n’existerait. Je n’aurais jamais fait ce chemin si je n’avais pas quitté la maison et essayé de faire quelque chose avec mon frère. »

Autrefois motivés par ce désir de réussite, Joel et Benji, qui sont respectivement mariés à Nicole Richie et Cameron Diaz, ont maintenant des priorités légèrement différentes. « Quand nous étions plus jeunes, nous voulions avoir du succès. Il y avait beaucoup de nouvelles choses que nous n’avions jamais eu auparavant. Maintenant, de l’autre côté de cela, je pense que ce que nous pouvons tirer de toute notre expérience est d’estimer ce qui est la priorité pour nous », dit Benji.

Nicole Joel Cameron Benji

«Quand j’étais plus jeune, je me battais contre une faible estime de moi, la dépression, le stress post-traumatique, toutes les choses contre lesquelles tu te bats et dont personne ne parle», ajoute Joel. « Heureusement, j’ai grandi et j’ai pu faire tout le chemin, et j’ai pu finir avec une femme que j’aime. J’ai des enfants et j’ai cette vie d’adulte. Mais dans la vingtaine, j’étais adolescent jusqu’à l’âge de 29 ans. »

« Nous étions comme des « chiens errants », mec, » intervient Benji.

Joel est d’accord: « Je ne savais rien avant de rencontrer ma femme, vraiment. C’est à ce moment là que les choses ont commencé à changer. »

Assis avec les frères maintenant, il est clair qu’ils sont enfin en paix avec eux-mêmes. Good Charlotte sont difficile à définir; ils s’inspirent du rock, du punk, de la pop et du hip-hop, sans crainte d’expérimenter tout ce qui les inspire. En conséquence, ils ont injustement fait l’objet de ridicule au cours des deux dernières décennies, mais ils ont continué et refusé de devenir blasé. « Nous sommes seulement ici pour une courte période. Aimons la vie et soyons gentils » dit Benji.

« Nous voulons simplement que les gens s’aiment », ajoute Joel. « Je sens que l’un des plus gros problèmes de la société aujourd’hui est la « similitude ». Nous voulons tous vendre notre idée, et c’est pourquoi nous avons un pays si divisé. Tout le monde veut que l’on soit pareil. Et si nous inversions et disions: «Acceptons les différences de chacun et réalisons à quel point le monde est spécial et grand grâce de la diversité de chacun d’entre nous? » »

Cette positivité et ce dynamisme ont conduit Good Charlotte à un point où les frères peuvent prendre ce qu’ils ont appris d’une industrie souvent trompeuse et essayer de la rendre meilleure de l’intérieur. Les frères ont toujours eu le sens des affaires, avec de multiples projets en parallèle de leur carrière musicale, et même si le groupe continue de sortir de la musique, ces dernières années, ils ont fait un pas de plus de l’autre côté de l’industrie. Leur société de musique, MDDN, créée en 2014 aux côtés de leur frère Josh, est spécialisée dans la gestion et le développement d’artistes. Ils ont maintenant un bureau avec des studios d’enregistrement, plusieurs employés et une liste d’artistes impressionnante. Entre autres, les frères travaillent avec Architects, Chase Atlantic et le groupe pop-punk Waterparks. Leur centre d’attention est la gestion, qui, selon Joel, est «l’élément de ta carrière qui est si important. De qui recevez-vous des conseils? Avec qui collaborez-vous pour prendre vos décisions? Ils façonnent votre carrière. »

MDDN Logo
Blessés par des expériences au début de leur propre carrière, les frères Madden ont voulu créer une société avec un esprit de base d’individualité et d’empathie. « Les gens peuvent simplement profiter de toi. Je pense que nous avons appris nos leçons jeunes, et nous avons beaucoup appris et au lieu que cela nous rende amer, nous nous sommes dit et si nous avions une société qui protègent les artistes et qui soit équitables et transparente? », dit Benji. « Et si nous aidions les artistes à construire leur vie pour qu’ils puissent faire la musique qu’ils aiment et avoir la carrière qu’ils veulent, mais garder leur intégrité et leur âme intactes? Nous voulons qu’ils soient plus eux-mêmes. L’idée est que nous pouvons aider des artistes à développer leur carrière en fonction de notre expérience, de nos relations et de toutes les ressources. Nous avons un immeuble en Californie avec trois studios d’enregistrement et des directeurs vidéo et tout ce dont ils ont besoin pour faire les choses sans avoir à signer un contrat d’enregistrement avec une maison de disques s’ils ne le veulent pas. Pour nous, c’est une question de liberté. C’est une question de pouvoir; il s’agit d’être indépendant. J’espère que nous pourrons leur prêter notre expérience et les aider à prendre les meilleures décisions possibles. »

La veille de cette interview, Good Charlotte a interprété une reprise de « Awful Things » du rappeur défunt Lil Peep pour son mémorial à Long Beach. C’était un hommage digne et bien mérité à un homme qui avait une fois dit que Good Charlotte était sa plus grande influence; celui qui avait construit sa courte mais impressionnante carrière en hommage aux artistes qui l’honorent aujourd’hui. « Je pense que nous sommes tous tristes. Cependant c’était une chose spéciale à faire pour nous, pour sa famille. Nous nous sommes sentis vraiment honorés », partage Joel. La mort soudaine de Peep a provoqué des ondes de choc dans l’industrie, avec tout le monde de Pete Wentz à Charli XCX lui rendant hommage, et l’impact légitime que Peep a eu sur les frères est immédiatement évident. Ils disent qu’ils espéraient organiser une tournée avec Peep l’année prochaine.

« C’était vraiment spécial pour nous car nous sommes juste des fans. Il y a quelque chose à propos de tout cela qui m’a brisé le cœur d’une façon que je ne crois pas avoir vécu avant, d’une façon étrange « , dit Benji.

Joel finit sa pensée: « C’est parce que nous sommes plus vieux. Tu sais, j’ai presque 40 ans et j’ai des enfants. Je regarde un jeune de 21 ans et quelqu’un avec tellement de talent et je pense juste qu’il n’aura pas eu l’occasion de voir l’autre côté. Il était super – il était sur le point de changer la donne, à mon avis. Je l’ai regardé et je me suis dit: «C’est un talent frais et nouveau. » De l’autre côté, je regarde cela comme un père. C’est une vraie personne qui ne voit pas à quel point la vie devient belle à chaque phase de la vie. Cela devient juste plus beau de différentes manières. Je suis donc passé par le 21, sauvage, de type premier goût-de-succès. Puis 23, puis 25, puis 27. Ça m’a brisé le cœur parce que je pensais juste qu’il était si spécial. »

Les Maddens sont clairement peinés de ne pas avoir pu faire de différence dans la vie de Lil Peep. La conversation revient sur lui tout au long de l’interview, avec MDDN et leur mentorat de groupes tels que 5 Seconds Of Summer, les frères ont un rôle clé pour essayer de guider les carrières et les vies de jeunes artistes de qui on pourrait profiter.

« Nous nous étions posé la question: pourrions-nous faire une différence dans l’industrie de la musique? », dit Joel. « Et puis nous étions genre, ‘Eh bien, nous pouvons essayer. Pouvons-nous faire de l’industrie de la musique un endroit plus juste pour les artistes? Eh bien, nous pouvons certainement nous battre pour cela.’ Nous essayons de rendre l’industrie musicale plus juste. Pour ramener ça à Lil Peep, mec. Je veux être impliqué dans la vie de ces jeunes. Chacun de nous, artistes, vivons des choses différentes, et tu ne peux pas le faire seul. Tu as besoin de soutien; tu as besoin d’amis.  »

« Nous sentons à quel point il est important de partager notre expérience avec de jeunes artistes, et avec un peu de chance cela aura un impact positif sur leur vie et que nous pouvons faire la différence », ajoute Benji. « Parce que qui est le prochain Lil Peep? Quelle différence pouvons-nous faire dans leur vie? Ce que je veux, ce n’est pas que ces jeunes soient jetés dans la machine et deviennent juste un autre artiste qui sort de l’autre côté, et ils sont avalés et recrachés. Je veux que les gens comprennent leur valeur et à quel point ils sont spéciaux.  »

Maintenant, les frères veulent être les mentors dont ils avaient besoin quand ils ont commencé. Quand ils parlent des artistes dont ils s’occupent, y compris Waterparks et Jessie J, leurs visages s’illuminent de fierté. « Nous, en tant que jeunes qui ne connaissaient pas mieux, nous sommes arrivés et nous n’avions pas toujours quelqu’un pour nous dire les choses. Nous avons dû l’apprendre nous-mêmes », reflète Joel. « Maintenant on respecte ça, et je pense que nous voulons juste faire une différence. »

« Surtout quand tu as une faible estime de toi et que tu viens de rien et que tu ne connais pas vraiment le monde », intervient Benji. « C’est un moment difficile pour un jeune lorsque tu te réveilles et tu réalises que tu es un produit. Je pense que pour beaucoup de gens cela les envoie dans une dépression et une spirale et la plupart des artistes traversent une période étrange dans leur carrière où ils pètent un peu les plombs. Je pense que nous avons eu de la chance parce que nous avons survécu à cela et nous sommes ressortis de l’autre côté, et nous avons décidé que nous ne laisserions pas cela nous blaser.  »

GC on stage
Benji dit qu’avec Good Charlotte, ils font de la musique quand ils veulent et jouent des concerts quand ils veulent (ce qui n’est pas souvent le cas), parce que leur centre d’attention principal est leurs familles et artistes en développement. Mais pendant un concert, il est clair qu’ils donnent toujours à leurs fans tout ce qu’ils ont. Good Charlotte a toujours été un « fan band », là où de nombreux artistes sont impénétrables, Good Charlotte ont toujours dit les choses comme elles sont. Ils sont honnêtes, et quelque chose dans leur expérience les connecte avec les fans qui affluent encore nombreux pour les voir. Ils ont toujours fait des meet&greet; ils répondent aux fans sur Twitter; ils font tout ce qu’ils peuvent pour se connecter.

« Cela veut dire beaucoup pour nous. Surtout 22 ans plus tard, » Joel partage « , être debout ici et faire un concert comme celui-ci. Nous pensons à ça, et on se dit, ‘Tout le monde s’en foutait.’ Nous n’étions personne. Nous étions juste des gamins qui étions littéralement tyrannisés et qui venaient de nulle part et les gens ignoraient totalement. Encore aujourd’hui, nous essayons de donner un bon concert tous les soirs pour tous ceux qui achètent un billet parce que cela signifie beaucoup pour nous. Nous jouons moins de concerts qu’avant. Mais ils sont de qualité. Je me soucie que chaque personne qui interagit avec nous reparte avec quelque chose de spécial. » Et, comme toujours et comme avec tout, ils le pensent vraiment sincèrement.